labelfacade logotype

Chantier de restauration du tunnel sous Fourvière

Retrouvez un extrait de l'article de Claude GARGI paru dans la revue PIERRE ACTUAL n°948 d'avril 2016.

"Qui n’est jamais resté bloqué d’un côté ou de l’autre du tunnel sous Fourvière à Lyon ? Peu d’entre vous sans doute...
Au moins, la prochaine fois que la mésaventure vous arrivera, vous prendrez votre mal en patience en admirant les nouvelles façades enpierre qui habillent les entrées Nord et Sud de ce site emblématique de la capitale rhôdanienne.
En effet, à l’occasion des travaux de mise ensécurité du Tunnel, qui se sont déroulés au long de l’année 2015, toutes les façades qui dataient de l’origine de la construction du nouveau tunnel en 1971, ont été remplacées. Elles étaient à l’origine en pierre de Farges au Sud et en granit italien type Beola au Nord. Elles sont aujourd’hui en pierres Bleu de Lignères et Beige Moleanos au Sud, et en granit Grissal au Nord.

Ce chantier a été réalisé par un groupement d’entreprises lyonnaises piloté par Maïa Sonnier, réunisssant pour la fourniture et la pose de la pierre, Rocamat et Somiroc/Raphat du groupe BSRV, et auquel ont également participé DJ Loc, Lyon Echafaudage, Sky Acces et Spie.

La capacité à faire du sur-mesure profite à la pierre

Au-delà de la performance technique d’un chantier extrêmement contraint par la nature de l’ouvrage sur lequel il s’est déroulé, la première victoire a été de faire évoluer le choix des maîtres d’oeuvre et d’ouvrage, vers la pierre naturelle.

Et contrairement aux idées trop souvent reçues, c’est l’aspect économique de la pierre qui a fait la différence par rapport à un produit industriel standardisé, dans sa capacité à répondre à un calepinage sur-mesure en grand format. Car côté Sud, parallèlement aux hautes cheminées d’aération, un ensemble de bureaux abrite les services de Grand Lyon Métropole, gestionnaire du tunnel.
C’est l’habillage de ses façades qui, notamment, a nécessité une production à façon.

Evidemment, la réussite d’un tel chantier, a nécessité une parfaite coordination entre les différents acteurs du chantier. Le tunnel sous Fourvière, même s’il n’est plus le seul moyen autoroutier pour passer Lyon, accueille encore 110 000 véhicules jour. Hors de question donc de fermer longuement ses deux tubes de circulation,obligation d’intervenir la nuit pour certains travaux, mise en sécurité absolue du périmètre pour ceux qui pouvaient travailler de jour, en particulier les acteurs du chantier pierre, avec l’aménagement de zones de stockage et d’évacuation adapté au contexte urbain.

L’optimisation de tous les éléments techniques déployés pour ce chantier a été nécessaire, notamment l’usage des échafaudages. Un calendrier rigoureux a été établi permettant successivement dans la même zone, la vérification exacte de l’existant, la dépose de la pierre et la pose des nouveaux revêtements. La mise en oeuvre a nécessité l’emploi d’autres moyens techniques importants, dont une plateforme élévatrice sur colonnes pour grande hauteur, une plateforme mono-mât et une nacelle ciseau roulante.

Résultat, sur les façades Sud la pierre existante a été déposée entre le 3 novembre 2014 et le 15 décembre 2015, puis l’essentiel des 4 850 m2 des nouvelles pierres mis en oeuvre entre le 15 décembre
2014 et le 15 mars 2015. Le chantier s’est ainsi déplacé sur les terrasses, les façades Est, Ouest pour se terminer à la fin de l’été 2015 par les façades Nord qui représentent 1 200 m2 de granit Grissal. C’est l’entreprise Somiroc/Raphat qui a assuré la mise en oeuvre des éléments côté Nord, avec en plus du granit, 3 800 m2 de revêtement Eternit.

Une pose spécifique avec le système V-Clip

A l’exception des pierres d’angle de la partie courbe de l’habillage côté Nord (une quarantaine de dalles), et des premières assises des bureaux côté Sud, agrafées de manière traditionnelle, tous les revêtements pierre et granit ont été mis en oeuvre avec le système V-Clip, breveté par l’entreprise Label Façade, et couvert par un avis technique.

Plusieurs éléments ont orienté ce choix. Le tunnel de Fourvière étant dans le périmètre de plusieurs bâtiments classés ou inscrits, et qui plus est, en zone sismique, il a été demandé aux architectes de conserver les dimensions et natures des matériaux. Le V-Clip permettait ainsi, avec les notes de calcul, de poser des pierres de 135 cm de hauteur en zone sismique 2, pour ce bâtiment de catégorie 4. De plus, la caractéristique de démontabilité aisée du système, a confirmé le choix. En effet, grâce à une rainure réalisée dans son chant le V-Clip permet de fixer la pierre sur des lisses horizontales. Une pince spéciale permet ensuite de “déclipser” la pierre si besoin.

Bien évidemment, le rainurage sur des dalles de 2 cm d’épaisseur doit être très précis. Pour réaliser ce travail sur les pierres de Moleanos et Bleu de Lignères, Rocamat a adapté une machine de façonnage de chants dans son usine de Ravières que dirige Gérald Bayette.

Décidément, au-delà de la sécurité, Le Grand Lyon apporte un soin tout particulier à la qualité architecturale de ses tunnels, ouvrages il est vrai emblématiques de la ville. Après la réhabilitation complète des entrées du tunnel de La Croix-Rousse (cf. Pierre Actual n°919 - 9/2013), ce chantier sous Fourvière, encore plus atypique quant à la destination de la pierre, démontre que celle-ci peut s’adapter aux environnements techniques et économiques les plus contraints, dès lors qu’elle est bien promue et que la bonne volonté d’aboutir est partagée par tous les acteurs."

L'article complet est disponible en pièce jointe à télécharger ci-contre.