labelfacade logotype

Vêtures de façade

La mise en valeur de tous types de bâtiment

La signification du mot « vêture » a dérivé, jusqu’à recouvrir l’ensemble des peaux rapportées sur les façades de bâtiment, hormis les peintures et les enduits.
Serait-ce l’usage du classement « reVETIR » qui a généralisé le mot « vêture » ?
A l’origine, la vêture est un élément modulaire incorporant un isolant lors de sa fabrication industrielle. 

Cette conception va à l’encontre de l’art de la façade tel que le conçoit Labelfacade car :

- les modules industriels ne correspondent jamais avec les lignes génératrices de la modénature de façade que l’architecte s’apprête à vêtir,
- leur mise en œuvre directement contre le gros œuvre exclut la ventilation entre l’isolant et le parement, nécessaire à l’évacuation des transferts de vapeur.
- l’association d’un isolant avec un parement implique dans la plupart des cas un isolant en mousse,l’ensemble s’avérant être une barrière de vapeur nuisible à la façade et au bâtiment 
- et l’ensemble des joints entre modules constituent autant de ponts thermiques

Labelfacade considère que l’art de la façade est :

- de magnifier les génératrices (encadrements de baies, bandeaux, corniches,…)
- de garantir une lame d’air ventilée entre l’isolant et le parement, protégeant du rayonnement solaire pour le confort d’été
- de réduire à l’extrême les ponts thermiques en reportant les fixations des parements sur une grille devant l’isolant, maintenue par des pattes équerres à raison de 1,4 à 1,7 unités au m², soit une incidence maximum de 0,5 % sur la Résistance thermique de la paroi (exemple : pour obtenir un R = 5 en tenant compte des ponts thermiques du procédé V-Clip®, il faut avoir une résistance théorique hors ponts thermiques R = 5,027 )
- de permettre une mise en œuvre sans dégradation de l’isolant thermique.

Vêtures de façade